L’impact de la crise sanitaire du Covid-19 dans le secteur des relations publics au Cameroun : Mbacham Santher Emene, co-fondatrice d’ImageNation

Invitée 02 : Mbacham Santher Emene, co-fondatrice d’ImageNation. Elle est une communicatrice multimédia avec un talent pour les relations publics.

Pour le deuxième article de la série « Impact de la crise sanitaire du Covid-19 pour les professionnels et les agences de communication, de l’événementiel et de relations au Cameroun », nous recevons Mbacham Santher Emene.

Elle a servi les Camerounais via le secteur de l’éducation, en favorisant l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques différemment au cours des 3 dernières années à l’Institut africain des sciences mathématiques. Elle est maintenant aux commandes d’une agence de Relations Publics qu’elle a fondée en 2017 avec des amis, Imagenation, qui a pour but d’élever l’image du Cameroun à travers un certain nombre de campagnes, d’activités d’activation de la marque, de gestion de la représentation et de la réputation de la marque. 

"Je dois également mentionner ici que les communicants et les professionnels des relations publics qui travaillent pour des organisations ou des entreprises, surtout, doivent élaborer et diffuser avec soin des messages qui répondent aux besoins des employés, des intervenants et de leurs publics."
Santher Mbacham
Co-fondatrice d'ImageNation

Comment les professionnels camerounais de la communication et des relations publics sont-ils confrontés à la crise ?

Santher Mbacham: Je tiens à féliciter mes collègues car il faut maintenant faire la distinction entre deux types de communicants. Les communicants et les professionnels des relations publics qui travaillent pour des entreprises, les communicants et les professionnels des relations publics qui dirigent des agences. 

Le groupe susmentionné, que j’appelle « Les Stars du moment », a dû plus que jamais élaborer des stratégies et des réponses organisationnelles soigneusement élaborées pour faire face à la pandémie de COVID-19. Je dois également mentionner ici que les communicants et les professionnels des relations publics qui travaillent pour des organisations ou des entreprises, surtout, doivent élaborer et diffuser avec soin des messages qui répondent aux besoins des employés, des intervenants et de leurs publics.

À cela s’ajoute leur recherche constante d’idées novatrices adaptées au monde numérique pour informer leurs publics et les parties prenantes sur la pandémie. Ils sont également chargés de faire migrer les événements physiques vers la sphère numérique, d’où l’essor des webinaires via Zoom et al. Ce groupe, je le dirai, a été légèrement touché par la crise mais ses prouesses numériques et son savoir-faire général ont été renforcés. De plus, leur rôle dans les organisations est plus que jamais apprécié, non pas comme une réflexion après coup, mais comme un outil stratégique pour faire avancer le programme de leur organisation.

Ce dernier groupe, les communicants et les professionnels des relations publics qui dirigent les agences, ont souffert et souffrent encore de revers commerciaux majeurs. Ceux qui connaissent le plus de revers sont ceux qui sont dans les événements et nous en connaissons tous la raison. Ceux qui exercent principalement des activités numériques pourraient être légèrement touchés par la crise. Pour ceux dont les activités étaient hors ligne et nécessitaient une présence physique, ils ont dû migrer vers la sphère numérique, ont activé leurs génies créatifs et ont créé pour leur client un contenu qui a attiré, attire et attirera l’attention, accroît l’engagement auprès de leurs publics et améliorer la communication de l’organisation.

Comment avez-vous réagi à cette crise sanitaire au Cameroun avec vos parties prenantes (collaborateurs, employés, partenaires, clients) ? Quelles méthodes avez-vous mises en place ?

Oui, je l’ai fait. La première chose que nous avons faite a été de les contacter pour savoir comment ils vont. Ensuite, nous avons formulé des propositions pour les aider à répondre au mieux à leurs publics pendant cette pandémie et aussi à trouver des moyens de rester en contact avec leur public, leurs parties prenantes et leur personnel.

Quel a été l’impact financier de la crise sur votre activité ?

OH BOY ! Ce fut un coup dur pour nos activités, surtout que nous étions en passe de devenir un nom familier dans l’industrie. La plupart de nos activités étaient centrées sur des événements et nécessitaient de nombreux rassemblements, comme des événements d’activation de la marque, des conférences, etc. Donc cela nous a littéralement frappés de plein fouet.

Comment vos clients ont-ils réagi au moment de la crise (rupture de contrat, report de campagnes, licenciement, etc.) Comment les avez-vous soutenus pendant cette période ?

La plupart d’entre eux ont réagi au report jusqu’à nouvel ordre car il s’agit d’événements qui avaient déjà été pris en compte dans leur calendrier et approuvés par la hiérarchie.

Quelle entreprise vous a marqué dans sa façon de communiquer pendant cette crise et surtout pendant la période de confinement?

Il existe une société audiovisuelle que beaucoup ne connaissent pas, la société Afam. Ce monsieur et son équipe se sont rendus à Yaoundé et ont documenté 50 individus, éduquant les populations dans 50 langues locales différentes sur la pandémie. Ses vidéos ont été achetées et utilisées par de nombreuses ONG, des ministères, etc. Pour moi, c’est du génie et je vois que tout le monde fait sa part pour s’assurer que les messages soient correctement transmis, mais les individus ont fait plus pour communiquer sur la pandémie sur les réseaux sociaux.

Quels conseils en matière de communication et de relations publics donneriez-vous à un annonceur (public, privé ou para-public) souhaitant relancer son activité ?

Commencez par identifier les problèmes et les défis auxquels vous êtes confrontés en veillant à ce que vos employés, les parties prenantes et le public soient en sécurité et soient dans un état d’esprit favorable pour travailler, investir ou consommer vos produits ou services. Allez-y lentement, rétablissez ce lien avec eux, par tous les moyens de communication nécessaires, assurez-vous qu’ils comprennent les enjeux de la pandémie post-COVID-19. C’est l’étape la plus importante.

"Plus que jamais, les PDG ont commencé à se rapprocher de leur personnel grâce aux réunions et appels virtuels hebdomadaires. Cette relation, si elle se traduit sur le lieu de travail, permettra d'améliorer les performances du personnel."
Santher Mbacham
Co-fondatrice d'ImageNation

Cette crise va-t-elle changer votre secteur et votre façon de communiquer ?

Oui, il le fera. Je pense que les PDG et les cadres dirigeants comprennent le rôle sans équivoque des communications dans leurs entreprises, en particulier lorsqu’il s’agit de communications de crise. Vous savez, les entreprises considéreront toujours la communication comme un outil de réflexion après coup plutôt que comme un outil STRATÉGIQUE pour promouvoir leur agenda et augmenter leurs marges de profit. Un exemple clair est que lorsqu’il y a des réductions budgétaires, c’est le département de la communication qui souffre le plus car personne ne semble saisir son rôle central. La communication de crise sera le plus gros producteur de l’industrie, elle obligera les professionnels de la communication à s’appuyer sur la prévoyance, à anticiper et à se préparer au pire. 

De plus, de nombreux communicants ou professionnels des relations publics qui refusaient obstinément d’intégrer la sphère numérique dans leurs activités, ont maintenant compris son importance futuriste. Plus encore, la créativité qu’elle suscite est et ne doit pas être négligée. 

Une autre chose que la crise a changé dans notre façon de communiquer est la relation entre les PDG et leur personnel. Plus que jamais, les PDG ont commencé à se rapprocher de leur personnel grâce aux réunions et appels virtuels hebdomadaires. Cette relation, si elle se traduit sur le lieu de travail, permettra d’améliorer les performances du personnel. C’est un excellent point positif en termes de relations avec les employés que les PDG peuvent exploiter pour développer leurs activités.

Comment votre agence peut-elle être utile à la société d’aujourd’hui ?

Mon agence joue un rôle essentiel dans la formation et la modification des récits qui favorisent la construction de la nation par le biais d’une multitude d’activités de communication destinées aux particuliers, aux entreprises et aux ONG, etc. Quels que soient les projets que nous entreprenons, ils doivent avoir un impact positif sur les Camerounais, doivent susciter une conversation qui mène au changement et doivent vendre le Cameroun de manière positive au monde.  Je dis toujours que, sans son peuple, le Cameroun cesse d’exister. Ce qui fait le Cameroun, c’est son peuple, et nous avons pour obligation de servir le peuple dans tout ce que nous faisons. L’utilité de notre agence, réside dans notre nom, ImageNation. Nous sommes l’Image du Cameroun et la tête qui porte la couronne de la vente positive de notre image au monde par le biais des récits.

Imaginez le monde de la communication et des relations publics au Cameroun après la crise :

Elle sera meilleure, plus appréciée et connaîtra une croissance exponentielle et j’ai hâte de voir ce que mes collègues et moi avons en réserve pour le Cameroun.

N’hésitez pas à partager l’article, à laisser un commentaire et à vous abonner à nos réseaux sociaux pour ne pas manquer l’actualité de la communication, de l’événementiel et des relations publics au Cameroun.

Facebook , Twitter , Linkedln , Instagram

                                                                           Par Elodie MBIDA

Elodie MBIDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page