Posted on: 2021-08-04 Posted by: Naole Média Comments: 0
Autumn Marie Faraj est la fondatrice et la directrice générale de KGL FWD, une agence de relations publics basée à Kigali au Rwanda. Nous l’avons rencontrée lors d’un de ses nombreux voyages, entre New-York et Kigali, pour une interview express.
 
Vous découvrirez son actualité et sa vision de l’évolution des métiers de la communication dans son pays, le Rwanda.
 

Vous avez contribué activement au lancement du « Rwanda Comms Network ». Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette organisation ?

Nous (KGL FWD) avons organisé un dîner pour les professionnels de la communication à Kigali pendant la Semaine africaine de la communication de cette année (Africa Communications Week 2021 Ndlr.). Nous avons réuni des professionnels du secteur public et du secteur privé, dont les niveaux d’expérience sont très variés. Les gens étaient très enthousiastes à l’idée d’échanger entre eux et nous avons constaté qu’il était nécessaire que cet événement soit plus qu’un simple événement ponctuel. C’est ainsi qu’est né ce qui est devenu aujourd’hui le « Rwanda Communications Network ». L’objectif de ce réseau est de réunir des praticiens des relations publiques et de la communication pour qu’ils se soutiennent mutuellement, partagent des ressources et des opportunités, échangent les meilleures pratiques et organisent des ateliers et des événements. Les réseaux de ce type m’ont été d’une aide précieuse au cours de ma carrière et nous sommes impatients de développer ici quelque chose qui soit créé spécifiquement pour les besoins des professionnels du secteur. 

L’un de nos principaux objectifs en tant que KGL FWD (agence de relations publiques et de marketing de marque Ndlr.) est d’encourager et de soutenir la croissance et le développement des pratiques de relations publiques et de communication sur le marché local et c’est un excellent moyen de le faire. Le partenariat et la collaboration sont l’une de nos valeurs clés. Un tel réseau permettra aux professionnels de se connaître au-delà des e-mails, de LinkedIn et des réunions officielles, et rendra les partenariats et les collaborations plus accessibles et plus organiques.

Autumn Marie à l'événement d'ouverture de l'Ijuru Terrace du client KGL FWD ONOMO Kigali.

Votre agence pilotera bientôt la campagne de communication pour les projets de tourisme expérientiel et d’influence au Rwanda. Que comptez-vous faire à l’occasion de ces événements sans précédent ?

KGL FWD est une agence de relations publiques et de marketing de marque axée sur la mission qui est construite sur un objectif. Pour nous, cet objectif est triple : 

  1. Changer et développer le récit du Rwanda ;
  2. Positionner Kigali, Rwanda comme une ville que le monde veut connaître ;
  3. Développer le marché local des RP et des communications. Pour nous, tous ces objectifs sont liés à la capacité de partager avec le monde une histoire plus large et plus inclusive de l’Afrique.

Certes, nous y parvenons grâce au travail de RP et de marketing que nous effectuons pour raconter l’histoire de nos clients, mais nous savons que les gens doivent venir et faire l’expérience du Rwanda. Nous savons qu’une fois qu’ils auront fait l’expérience du Rwanda, leur idée de ce qui est possible ne sera plus jamais la même. Ils deviendront des ambassadeurs organiques et contribueront eux-mêmes à notre mission de faire connaître Kigali et le Rwanda au monde entier.

Avant le COVID-19, le tourisme africain était en pleine croissance, notamment au sein du mouvement des voyageurs noirs et de la diaspora. De plus en plus de personnes considéraient les villes africaines comme des destinations et, bien sûr, nous avons tous vu le pouvoir de ce que le Ghana a fait avant et pendant l’Année du retour. Nous savons que les expériences sont à l’origine de récits et laissent des impressions durables chez les gens. Nous ne voulons pas seulement que les gens visitent le Rwanda. Nous voulons que les gens vivent le Rwanda. C’est ainsi que nous le rendons vivant pour les gens. C’est ainsi qu’ils arrivent à ressentir et à connaître un lieu. Nous savons que les expériences et les personnes influentes jouent un rôle important dans la formation des intérêts et des décisions des gens. J’ai hâte de mettre à profit mon réseau et mes années d’expérience dans le domaine de la musique et du divertissement pour travailler avec mon équipe à la création d’expériences attrayantes et d’activités d’influence. Lorsque vous me demandez ce que nous allons faire, je réponds que nous allons faire du Rwanda remarquable quelque chose qu’ils pourront voir, ressentir et expérimenter.

Nous ciblons les résidents du Rwanda, le tourisme interafricain et les Noirs dans le monde. Il s’agit de groupes qui n’ont pas été considérés comme prioritaires dans les campagnes de voyage internationales, mais qui sont les plus influents en matière de culture et de tendances mondiales. Nous organiserons des événements originaux, proposerons des réservations de talents et d’influenceurs, ferons venir des délégations touristiques et chercherons à proposer une édition africaine, est-africaine ou rwandaise d’événements populaires qui se déroulent actuellement sur d’autres marchés. 

Lors de l’Africa CommsWeek 2021, vous avez animé un webinaire sur l’intérêt pour les marques africaines d’intégrer la « voix » dans leurs stratégies de communication (Clubhouse et Twitter Spaces Ndlr). Pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai animé un webinaire intitulé « La nouvelle frontière de l’audio: Utiliser Clubhouse et Twitter Spaces pour vos clients ». La croissance du contenu audio suit une trajectoire ascendante constante depuis quelques années, la dernière poussée venant de l’audio social. 2020 nous a offert Clubhouse et Twitter Spaces et maintenant Discord offre une fonction audio ; Spotify a lancé Greenroom.

En tant que professionnels de la communication, nous devons aller là où se trouvent les gens et communiquer avec eux sur place. Ce n’est pas différent de l’époque où les médias sociaux ont fait leur apparition et où nous avons dû commencer à les intégrer dans nos plans de relations publiques et de marketing. Nous devons maintenant faire de même pour les plateformes audio. Nous devons considérer ces plateformes comme des moyens d’atteindre nos publics cibles et de nous engager directement avec eux, voix contre voix, d’une manière très intime et engageante qu’aucune autre plateforme ne permet.

Comme ces plates-formes n’ont qu’un an ou moins, beaucoup commencent à s’y familiariser et, en raison de l’énorme engouement et de l’augmentation de leur utilisation, elles peuvent être submergées par le bruit, les objectifs et les fonctions. J’ai voulu démystifier un peu le battage autour de ces deux plates-formes, présenter des façons très claires de les utiliser pour les clients et répondre aux questions que les collègues ont pu se poser afin qu’ils se sentent plus à l’aise et mieux équipés pour commencer à les intégrer dans leurs plans de communication. J’ai été l’un des premiers utilisateurs de ces deux outils et j’ai assisté à leur évolution et à des utilisations créatives, telles que des rencontres avec les acteurs de films, des discussions avec des auteurs, des soirées d’écoute de musique et bien d’autres choses encore. J’ai hâte de voir ce type de contenu créé pour les campagnes de presse et de marketing sur le continent, afin que les professionnels ne se contentent pas de consommer le contenu ou de l’utiliser pour leurs réseaux professionnels, mais aussi pour les campagnes de leurs clients.

Autumn Marie, fondatrice et directrice de KGL FWD, et Faridi Muhawenimana, coordinateur des relations publiques de KGL FWD.

Leave a Comment