Café Express avec Kacou Goa, Enseignant-Chercheur au CERCOM & auteur.

L’Enseignant-chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches en Communication (CERCOM), Kacou Goa, a annoncé sur ses réseaux sociaux, la sortie de son 4ème ouvrage « COMMUNICATION DE CRISE EN CÔTE D’IVOIRE. Éviter la Communication zéro et les incommunications » aux éditions L’Harmattan.

Nous l’avons rencontré le temps d’un café, pour échanger sur son nouveau livre et sa vision de la communication de crise en Côte d’Ivoire.

Vous venez de publier un livre intitulé « COMMUNICATION DE CRISE EN CÔTE D’IVOIRE : Éviter la Communication zéro et les incommunications ». Trois termes émergent clairement « la communication de crise », de « la communication zéro » et  »les incommunications ». Pouvez-vous définir ces notions et nous dire quels en sont les enjeux ?

La Définition des concepts de Communication de crise, Communication zéro et Incommunication donne un aperçu des éléments constitutifs de cet ouvrage.

La « communication de crise » est un processus de communication mis en oeuvre en vue de rendre inoffensive toute crise. Elle implique trois étapes, notamment, avant la crise, pendant la crise, après la crise. Il s’agit de techniques de communication adaptées aux crises internes et/ou externes pour éviter la communication zéro.

D’ailleurs la « communication zéro » se définit comme toute communication inaudible, invisible, illisible ou sans effets. Elle est perçue comme une absence de communication préjudiciable à la bonne communication. On peut parler de silence coupable de communication à une période de crise où les incommunications foisonnent.

De fait l’incommunication », est symptomatique de mauvaises attitudes, d’actions de communication inadaptées, de fabrication de rumeurs, de conceptions infondées, de contradictions dommageables en situation de crise. Il s’agit d’approches communicationnelles attentatoires à la communication positive, responsable et adéquate.

8 ans après la sortie de votre ouvrage « Communication de crise au port autonome d’Abidjan », quel regard portez-vous sur la pratique de la communication de crise en Côte d’Ivoire aujourd’hui ?

Huit ans après la parution de mon premier ouvrage (2013) tiré de ma thèse de doctorat en Communication, il y’a un intérêt accordé à la communication de crise en Côte d’Ivoire.  De fait, la prise en compte du concept de communication de crise est  liée aux nombreuses crises, de diverses natures, observées dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest en proie à des crises sociales, politiques, sécuritaires et économiques. Dans cette veine, la communication de crise s’impose à tous. D’ailleurs, elle est enseignée comme matière dans certains programmes de formation universitaire ou académique. Elle sert aussi de sujet de panels dans des séminaires, ateliers ou colloques.
 
Autrement dit, le concept de la communication de crise gagne du terrain en Côte d’Ivoire, même si elle a une portion incongrue dans la société ivoirienne. En tant que spécialiste en Communication de Crise et Management des Organisations, nous nous  battons pour que la pédagogie sur la Communication de Crise soit enseignée et vulgarisée en Côte d’Ivoire. En fait, de nombreuses crises sont liées à  l’absence de communication (communication zéro) entre acteurs, d’une part, et/ou à la multiplicité des incommunications dans la société, d’autre part.
 
Par conséquent, il faut une communication de crise fondée sur les principes et techniques de la communication portée sur le développement durable dans tout contexte. Il faut  former des communicateurs spécialistes du domaine de la communication de crise dans le but de mettre fin à l’amateurisme dans la gestion de la communication en période de crise.

Pouvez-vous nous citer deux exemples de crises survenues en Côte d’Ivoire et nous faire part de votre avis sur l’efficacité de leurs gestions ?

Les cas de crise sont nombreux en Côte d’Ivoire. Il y à des crises personnelles  (psychologiques), des crises interpersonnelles, des crises organisationnelles (intraorganisationnelles, interorganisationnelles et supraorganisationnelles), des crises sociales, des crises politiques …
 
On peut donner l’exemple de la gestion de la communication autour de la crise sanitaire de type COVID-19. En Côte d’Ivoire, il y’a eu de nombreuses informations sans véritable communication.  Malheureusement, certains « communicateurs » ne font pas la différence entre Information et Communication. Pour le citoyen lambda, INFORMATIONS est égale à COMMUNICATION. Cette vision est fausse et ne peut être partagée par les spécialistes de la communication. On diffuse souvent des informations sans véritable communication, parce qu’on ne fait pas attention au retour de l’information envoyée. Il y’a une volonté d’imposer le message sans convaincre la cible ou le public. 
 
Il s’agit de cas de « communication unilatérale » où l’émetteur contemple son propre message sans écouter le feedback  de l’auditoire ou de la population cible. En tout cas, au début de la crise du Covid-19 en Côte d’Ivoire, la gestion de la communication a été handicapée par la communication zéro et les incommunications.
 
Les incongruités communicationnelles ont été observées également lors des mouvements sociaux et militaires en janvier et mars 2017. Pour tous ces cas de crise, la communication de crise n’a pas été à la hauteur. Il faut comprendre souvent l’amateurisme dans l’approche communicationnelle des crises. De nombreux acteurs en charge des dossiers de communication n’ont pas le profil de communicateurs experts  et la compétence qui va avec. Tout le monde se proclame communicateur sans pour autant être capable de faire la différence entre Information et Communication. Il est important de professionnaliser les acteurs de communication pour éviter la communication zéro et les incommunications préjudiciables à la société. 
 
Je pense même qu’il serait intéressant de créer en Côte d’Ivoire un ORDRE DES EXPERTS EN COMMUNICATION. La communication, c’est la VIE fondée sur la Valeur de la conception, l’Instrumentalité (utilité) des techniques et l’Espoir de l’humanité.
 
Tous mes remerciements à NAOLE MÉDIA pour l’occasion que vous me donnez pour présenter ma VISION de la communication de crise.

Découvrez tous les ouvrages de Kacou Goa : ici.

Naole Média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page